LG s’est lancé tardivement sur le marché des objets connectés et des montres intelligentes, mais le constructeur sud-coréen est visiblement en train de rattraper son retard. Preuve en est, la LG G Watch R est considérée par beaucoup comme une des meilleures montres connectées du marché.

La bonne nouvelle, c’est qu’elle m’accompagne depuis maintenant quelques jours. J’ai donc eu l’occasion de beaucoup m’amuser avec et le moment est désormais venu de dresser un bilan complet de l’opération.

Caractéristiques Techniques

Mais avant d’aller plus loin, il faut prendre le temps de rappeler brièvement les caractéristiques techniques de la montre pour nous rafraichir la mémoire.

La LG G Watch R embarque un écran P-OLED de 1,3 pouces capable d’afficher une résolution en 320×320, pour une densité de pixels de 245 ppp. Il est parfaitement rond et il n’est pas coupé comme celui de la Moto 360.

Elle est animée par un processeur cadencé à 1,2 GHz, avec 512 Mo de mémoire vive et 4 Go d’espace de stockage. Attention cependant à ne pas vous méprendre, car la mémoire interne de la montre n’est pas accessible par l’utilisateur.

En dehors du vibreur et du Bluetooth 4.0, la Watch R a aussi la très bonne idée d’intégrer un podomètre et… un capteur de fréquence cardiaque. Elle sera donc parfaitement en mesure de prendre notre pouls lorsqu’on lui demandera.

S’ajoutent à cela un microphone, bien sûr, mais aussi un traitement spécial qui lui permettra de résister à l’eau. Avec un indice de protection IP67. Qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement qu’elle pourra être totalement immergée jusqu’à un mètre de profondeur.

Si vous voulez en savoir plus, je vous renvoie vers la fiche de la Wikipédia.

La belle a aussi droit à une batterie de 410 mAh censée lui conférer 41 heures d’autonomie en veille. Attention car contrairement à la SmartWatch 3 (testée ici), la montre devra être placée sur une station d’accueil pour être rechargée.

Fort heureusement, elle a le bon goût d’être livrée avec l’accessoire, et avec un chargeur qui nous permettra de le relier à une prise secteur (micro USB).

La montre n’est pas aussi compacte qu’on pourrait le croire (46,4 x 53,6 x 9,7 mm) et elle pèse 62 grammes sur la balance. Côté prix, il faudra débourser en moyenne 269,99€ pour en profiter.

Notez enfin que la fiche du constructeur est disponible sur cette page.

Fiche technique
Nom Description
Écran 1,3 pouces
Résolution 320 × 320 pixels
Processeur Snapdragon 400 @1,2 GHz
RAM 512 Mo
Mémoire pleine 4 Go
Connectivité Bluetooth 4.0
Capteurs Podomètre, Cardiofréquencemètre, Boussole
Système d’exploitation Android Wear
Batterie 410 mAh
Autonomie annoncée 41 heures
Poids 62 grammes
Étanchéité Norme IP 67
Prix 269,99€
LG G Watch R : photo 1
L’écran d’accueil de la montre.
LG G Watch R : photo 2
Une notification, en provenance de Twitter.

Packaging, Design & Ergonomie

L’écrin renfermant la LG G Watch R est à la fois sobre et extrêmement agréable à l’oeil. Le constructeur a opté pour une boite sombre, avec le nom de sa montre en lettres brillantes et un rapide rappel de la plateforme embarquée.

Pas de visuels, donc.

Sous la boite, on va retrouver toutes les mentions légales habituelles, mais aussi un récapitulatif des caractéristiques de l’appareil.

A l’intérieur et en dehors de la montre, on va trouver la station de recharge évoquée un peu plus haut, un câble et un bloc secteur. Pour alimenter la batterie de la Watch R, il faudra donc relier la station à une prise électrique, et la poser ensuite dessus.

Le chargement sans fil a ses avantages, mais LG n’a malheureusement pas opté pour un standard et il sera donc impossible de s’affranchir du disque livré avec la belle. Si vous partez en déplacement ou en vacances, vous aurez donc intérêt à ne pas l’oublier.

Bon, et la montre alors ?

Elle surprend d’abord par sa taille et par son poids. Si vous avez le poignet fin et délicat, elle risque de vous gêner dans vos mouvements. Fort heureusement, ce n’est pas mon cas et je n’ai eu aucun mal à m’habituer à sa présence. Pour tout vous dire, j’ai même passé deux ou trois jours avec… deux montres accrochées au poignet.

Le cadran de la Watch R se rapproche beaucoup d’une montre traditionnelle. Il est rond, il est sombre et ses finitions sont vraiment soignées. Il s’agit d’une belle pièce, qui inspire confiance. La montre n’aura aucun mal à résister au passage du temps et c’est plutôt une bonne chose pour un appareil dont le prix de vente s’approche dangereusement des 300€.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la montre de LG s’éloigne beaucoup de ce que propose Motorola avec la 360. Elle est plus massive et son écran est entouré d’une pièce métallique de 0,5 centimètre.

LG a d’ailleurs eu la bonne idée de l’utiliser pour rappeler les minutes, un peu comme les montres chrono de notre jeunesse.

Elle ne comporte qu’un seul bouton physique, placé sur la tranche droite. Il nous permettra de passer la montre en veille, de la réveiller ou d’accéder à ses réglages.

Sans grande surprise, le capteur de fréquence cardiaque est situé à l’intérieur du cadran. Contrairement à ce que proposent certains coachs électroniques, il ne fonctionne pas en continue et il faudra demander à la montre d’afficher notre rythme cardiaque pour le connaître.

Google Fit sera tout à fait en mesure de conserver un historique des mesures effectuées, mais ce point sera évoqué un peu plus loin dans l’article.

La LG G Watch R est livrée avec un bracelet en cuir mais elle est compatible avec n’importe quel bracelet 22 mm et il sera ainsi possible de la personnaliser à sa guise.

Quoi qu’il en soit, le bracelet livré est de très bonne facture et son fermoir m’a semblé plutôt solide.

Ces questions sont toujours un peu subjectives mais j’avoue avoir été littéralement soufflé par les lignes de la montre. La Watch R est vraiment un très bel objet, et elle correspond totalement à ce que j’attends d’une montre, connectée ou pas.

LG G Watch R : photo 4
Désactiver le vibreur ? C’est facile, un seul geste suffit.
LG G Watch R : photo 3
Il est possible d’interagir avec les notifications.

Ecran, Puissance & Autonomie

L’écran de la LG G Watch R est un peu plus petit que celui de la SmartWatch 3 de Sony. Cela se joue à peu de choses mais cela n’a pas un réel impact sur sa lisibilité ou sur son confort d’utilisation.

La seule chose qui peut déranger, c’est cette fameuse pièce métallique placée autour du cadran. Elle a effectivement tendance à attirer l’oeil et à détourner notre attention.

Une sensation qui s’estompe néanmoins rapidement au fil des jours.

La montre est extrêmement réactive et cela n’a rien d’étonnant puisqu’elle hérite d’une fiche technique très proche de celle de la SmartWatch 3. Il est très loin, le temps où les montres connectées se montraient parfois poussives.

Qu’en est-il de son autonomie ? Je l’ai trouvée moins efficace que la montre de Sony sur ce terrain-là. Mon record se situe à un peu plus d’une journée et demie, contre deux jours pour cette dernière.

Le tout pour une utilisation modérée et avec la luminosité réglée… au maximum. Je pense qu’en étant un peu plus discipliné, et moins gourmand, on doit pouvoir atteindre les deux jours mais il ne faut pas espérer aller plus loin.

LG G Watch R : photo 6
Il est possible d’ouvrir n’importe quelle alerte sur le téléphone en un instant.
LG G Watch R : photo 5
Encore une notification, mais vue sous un angle différent.

Ecosystème & Applications

Si vous avez lu mon test de la SmartWatch 3, alors ce n’est peut-être pas nécessaire de lire cette partie puisqu’elle va évoquer de nombreux éléments mis en avant dans mon autre article.

Android Wear n’a pas changé en quelques jours, pas plus que le connecteur permettant de faire dialoguer la montre avec notre téléphone.

Android Wear

Je suis tombé littéralement sous le charme de la plateforme imaginée par Google. Peu d’outils peuvent se vanter d’être aussi simples et intuitifs.

Est-ce que cela veut dire qu’elle est facile à prendre en main ? Oui, et non. Je ne vous cache pas qu’un temps d’adaptation est nécessaire avant de comprendre toutes ses subtilités, mais cela se fait assez aisément en fin de compte. Passées quelques heures, vous vous sentirez comme chez vous.

L’horloge fait office d’écran d’accueil et cette donc elle qui s’affichera lorsque vous toucherez l’écran de la montre ou lorsque vous appuierez sur son bouton. Bien sûr, vous pourrez aussi demander à la Watch R d’afficher l’heure en permanence, mais ce n’est pas une obligation.

LG a pensé à intégrer plusieurs styles d’horloge différents. Il y en a pour tous les goûts mais le constructeur ne s’est pas arrêté à leur aspect. Certains cadrans pourront aussi afficher des informations supplémentaires comme d’autres fuseaux horaires, notre altitude, le nombre de pas effectués ou une boussole.

Comme indiqué un peu plus haut, Android Wear repose sur un système de notifications similaires à ce que propose Google Now depuis quelques temps. Chaque alerte apparaîtra ainsi dans une carte dédiée. Il suffira d’effectuer des balayages verticaux de bas en haut, ou de haut en bas, pour les faire défiler.

Une notification peut s’étendre à plusieurs cartes. Cette fois, c’est le balayage horizontal qui sera de rigueur. Le meilleur exemple, c’est sans doute celui de Google Fit. En procédant de la sorte, nous pourrons faire défiler nos objectifs du jour, ou notre historique.

Toutes les alertes ne sont pas égales face à l’éternel. Loin de là, même. Si vous écoutez Spotify, par exemple, vous verrez apparaître une notification spéciale, se présentant sous la forme d’une télécommande ultra minimaliste. Même chose pour Netflix, et beaucoup d’autres.

En poussant une notification vers la droite (depuis la première carte), il sera possible de la faire disparaître. Elle s’affichera cependant de nouveau si nécessaire.

La Watch R intègre un vibreur. Si vous voulez l’activer ou le désactiver, il suffit de vous placer sur l’écran d’accueil et de tirer le cadran virtuel de votre montre vers le bas.

Certains d’entre vous se demandent sans doute à quoi sert le bouton de la montre. En réalité, il va vous permettre de mettre la montre en veille, de la réveiller ou d’accéder à ses réglages.

Restent les instructions vocales. Grâce à elles, vous allez pouvoir interagir avec votre téléphone sans pour autant avoir à poser les doigts dessus :

  • Création d’une note.
  • Création d’un rappel.
  • Affichage du rythme cardiaque.
  • Affichage de l’activité.
  • Envoi d’un SMS.
  • Envoi d’un mail.
  • Affichage des rendez-vous du jour.
  • Création d’un itinéraire.
  • Réglage du minuteur.
  • Lancement du chronomètre.
  • Création d’une alarme.
  • Affichage des alarmes.
  • Ecoute de musique.
  • Accès aux paramètres.
  • Ouverture d’une application.

Cette liste vous rappelle quelque chose ? Logique, puisque c’est exactement la même que celle de la SmartWatch 3. Enfin, à une instruction près puisque la montre de Sony n’est pas équipée d’un moniteur de fréquence cardiaque, elle.

Le connecteur entre la montre et le téléphone

Si vous voulez connecter la montre à votre téléphone, alors vous devrez commencer par vous rendre sur le Play Store pour récupérer une application dédiée. Son nom ? Android Wear, bien sûr.

Attention cependant car l’outil joue un autre rôle. Il va aussi vous donner la possibilité de configurer les applications associées aux instructions vocales évoquées un peu plus haut.

Grâce à lui, vous allez par exemple pouvoir renvoyer la création de notes vers votre Evernote ou votre OneDrive. Pour la musique, vous aurez le choix entre Google Play Musique, par exemple, ou l’application Walkman de Sony si vous utilisez un Xperia. Spotify ne fait malheureusement pas parti de la liste.

En outre, avec Android Wear, vous allez aussi avoir la possibilité de jongler facilement entre plusieurs montres.

L’écosystème

Android Wear joue la carte de l’ouverture. N’importe quel développeur, n’importe quel éditeur, peut soumettre ses applications sur le Play Store et les utilisateurs, de leur côté, peuvent ainsi ajouter des fonctionnalités à leur montre.

Je n’ai pas eu le temps de tester toutes les solutions proposés, mais il y a tout de même de jolies choses dans la lot et l’outil qui m’a le plus tapé dans l’oeil, finalement, c’est Wear Mini Launcher.

Une fois installé, ce dernier va ajouter un dock à votre montre. Il vous suffira alors de faire un balayage latérale de la gauche vers la droite pour faire apparaître toutes les applications installées sur la montre.

Si vous reproduisez une seconde fois ce même geste, alors vous ferez apparaître l’écran des réglages et vous pourrez réduire la luminosité de l’écran et prendre la main sur pas mal d’options différentes.

Cela n’a l’air de rien mais cet outil est vraiment pratique au quotidien.

Si vous avez envie d’avoir un aperçu de l’écosystème Android Wear, alors le mieux c’est de vous rendre directement sur le Play Store, à cette adresse.

LG G Watch R : photo 7
La météo du jour.
LG G Watch R : photo 8
Il est possible de changer très facilement de cadran.

En Conclusion

Le moment est venu d’en finir avec cet article, et donc de vous livrer mes impressions au sujet de cette montre et de la plateforme de Google.

Android Wear est une excellente surprise. Je n’avais jamais eu l’occasion de le tester sur une période aussi longue et je suis vraiment tombé sous son charme. La seule chose qui me dérange vraiment, c’est que les notifications ne vont pas assez loin. J’aurais aimé pouvoir archiver ou supprimer un mail directement depuis la montre, par exemple.

Ce sera peut-être pour la prochaine mise à jour.

Et qu’en est-il de la montre elle-même ? Elle est vraiment magnifique et elle se rapproche beaucoup de l’idée que je me fais de la montre connectée parfaite. Son cadran métallique, son bracelet en cuir, il n’y a rien à jeter et son seul défaut, finalement, vient de son système de charge.

Si vous oubliez son socle avant de partir en vacances ou en week-end, alors vous risquez de vous retrouver dans une situation très désagréable.

Mots-clés : G Watch RLGTests

2 commentaires

  1. Hello !

    Cette montre (comme d’autres d’ailleurs) m’attire réellement. En plus d’être geek, je suis aussi sportif (Course à pied, escalade…) et je me demande si la WatchR permet une utilisation dans ces disciplines et si elle apporte un réel plus au regard des fonctions d’une montre sport (présence GPS, calcul vitesse en temps réel…) ?

    Merci !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.